Dans la vie courante, la psychologie concerne l'aptitude de tout un chacun à discerner derrière les conduites des membres de la famille, ou des collègues, des personnalités, des motivations, voire des phénomènes pathologiques. Cette aptitude à la psychologie intuitive nous l'exerçons lorsque nous écoutons un ami et lorsque nous le conseillons ou lorsque nous tentons d'orienter sa conduite. Toutefois les conseils sont rarement suivies d'effets. Pourquoi ? Parce que les fonctions psychiques de l'individu ne se limitent pas à l'apprentissage de comportements adaptés. Et, corriger des conduites, non seulement cela ne suffit pas, mais parfois notre volontarisme nous entrave un peu plus.

J'accompagne les défis du quotidiens, l'insertion professionnelle, les relations, les étapes de la vie, la parentalité...

Je conseille, je guide. Dans les magazines le psychologue répond aux problèmes de la vie courante, aux questions sur la sexualité, la vie de famille, les conflits au travail ...  Ces articles souvent agréables à lire transmettent une vision restreinte de notre métier.  Le psychologue clinicien n’a pas vocation à être un personnage médiatique, c’est avant tout un praticien qui, dans le secret de l'entretien, veille à libérer l'expression et à restaurer la capacité du sujet à penser par lui-même. Ponctuellement, je peux guider des personnes qui rencontrent des difficultés à être parents ou à vivre une situation professionnelle ou familiale difficile, le placement en maison de retraite d’un proche, un conflit au travail…

Je pratique la psychothérapie psychanalytique. La personne rationnelle, socialement et professionnellement bien intégrée, élevée en modèle peut se prendre au jeu et en oublier toutes les fois où elle s'est tiré une balle dans le pied, le SMS de trop qui a déclenché une crise conjugale, sa propension à oublier ses clés ou à se mettre trop facilement en colère. Nous sommes tous dotés d'un inconscient, nos actes manqués et nos symptômes nous le rappellent. Ce n'est pas pathologique mais au-delà d'un certain seuil ces manifestations envahissantes font de nous le jouet d'un inconscient qui se rebelle au contrôle de notre volonté. On peut aussi être le jouet d'idées qui ont pris l'ascendant sur notre pensée. Nous croyons posséder des idées et ce sont elles qui nous possèdent, qui focalisent notre attention et nous empêchent d'avancer, de prendre confiance en nous, de vaincre notre isolement. J'ai choisi de pratiquer selon le référentiel psychanalytique pour les voies d'accès privilégiées qu'il ouvre sur nos mobiles inconscients.

Je pratique la psychothérapie de couple. Le rêve d'union totale avec l'être aimé, qui enchante Ronsard "en sa moytié, ma moytié je recolle" scelle une unité composée de deux sujets, le couple. Le couple est un espace clos où les individualités risquent de s'étouffer. Faire un avec deux individualités est un défi qui sous-entend des réaménagements, des discussions, des accords, des désaccords, voire des conflits aussi inévitables que nécessaires à la vitalité du lien et à sa co-construction.

Il arrive qu'un couple, parvenu à dépasser les crises, butte sur des conflits maintes fois répétés et discutés sans parvenir à être élaborés.Quand les tentatives de résolution, à l'intérieur du couple, échouent et que les explications tournent en rond il est temps de consulter un psy.

 

Chantal Paugam, Psychologue Clinicienne - Psychothérapeute, diplômée de l'Université Paris XIII. N° ADELI : 759345333

Membre de la Fédération Française de Psychothérapie et Psychanalyse et du Réseau francophone pour la thérapie de couple.

Vous pouvez me joindre de 9 heures à 18 heures au 06 63 25 52 79 du lundi au samedi. Je reçois dans la semaine jusqu'à 20 heures et le samedi jusqu'à 17 heures 30 à mon cabinet dans le centre de Paris (métro et RER Chatelet, Hôtel de Ville)