Notre espérance de vie augmente, notamment grâce aux progrès de la médecine qui permettent à beaucoup d’entre nous de survivre à des maladies ou à des accidents graves. Cependant ces progrès ne permettent pas encore aux sujets malades de traverser de longues périodes de traitement sans peur, sans douleur et sans bouleversement.

Gageons que le psychologue sera de plus en plus amené à se déplacer auprès de personnes âgées, handicapées ou alitées. Les professionnels de santé, infirmiers et médecins, qui travaillent en hospitalisation à domicile (H.D) sont demandeurs d’interventions de psychologues auprès de leurs patients. Au chevet du malade, le psychologue intervient sur la mobilisation du sujet pour améliorer la réponse à ses traitements. L'hypnose, des méthodes basées sur une approche psycho-corporelle peuvent apporter un plus. Ces techniques sont au service de l’échange verbal ou non verbal, mais c'est d'abord la qualité de l'échange avec le psychothérapeute qui permet au sujet de mobiliser ses ressources. En milieu rural, ou en périodes d’intempéries, il peut être intéressant de proposer, ponctuellement et selon le caractère d’urgence, des interventions à distance (par téléphone ou internet).

Le vieillissement de la population est un des facteurs qui aménera le psy à se déplacer de plus en plus au domicile de ses patients, dans une structure de soin... Parallèlement à l'évolution prévisible de la demande de soins, le recours au psychologue se démocratise et, par ailleurs, les nouvelles techniques de communication, téléphone et internet, facilitent un accès plus rapide aux professionnels qualifiés.

La Revue "Cercle Psy" consacre un hors série aux psychologues et à leurs pratiques et propose une vision prospective : "Les pratiques des psys se transforment, se façonnent, au gré des besoins collectifs et du développement des techniques de communication. Quelles seront les pratiques des psychologues de demain ? A quelles difficultés vont-ils être confrontés ?